Via Ferrata de Liaucous

Un peu plus près des vautours, dans les Gorges du Tarn

Marche d’approche: 20mn
Via Ferrata: 2h30, 230m de dénivelé
Date: 26 décembre 2009

Pour changer des traditionnelles randonnées, nous avons décidé cette fois-ci de nous attaquer à une Via Ferrata : nous avons choisi celle de Liaucous, dans les Gorges du Tarn car nous avons souvent entendu crier les gens qui s’y aventuraient depuis Mostuéjouls, mais jamais nous ne l’avions tenté.

Après avoir loué le matériel à Aguessac et pris quelques conseils auprès de Causses Emotions, on se dirige en direction de Liaucous. Nous nous garons sur un large parking puis rejoignons le départ de la marche d’approche. On y trouve un panneau récapitulant quelques principes de base. Le chemin commence juste derrière et longe un champ. On s’enfonce dans les buis sur un raidillon. A un moment, un panneau effacé en bas indique de quitter le chemin pour s’aventurer sur une trace à droite. On rejoint rapidement le début de la via ferrata.

On commence à s’équiper, on s’initie au matériel et on s’engage.

La via ferrata est très sécurisante et monte peu à peu en difficulté. On commence par progresser sur des parois calcaires, puis commence quelques barreaux d’échelle, puis des marches dans la roche et enfin des ponts de singe de toutes sortes : 2 câbles, 3 câbles ou en dur avec des planches.

On évite soigneusement les trois déviations cotées Extrêmement Difficile et signalées en rouge pour préférer le parcours bleu Peu Difficile. Ainsi, on arrive rapidement à un premier pont de singe, assez long. Pour éviter de commencer par celui-ci, on fait un aller retour sur le câble précédent qui provient du parcours Extrêmement Difficile. Après s’être familiarisé de la sorte, on se lance sur le pont le plus difficile du parcours. Au milieu, les vibrations du câble prennent de l’amplitude, on se voit déjà tomber, mais non. On arrive au bout sûrement.

Un peu plus loin, c’est un passage dans une grotte qui rend cette via ferrata intéressante : le sac à dos racle un peu, on cogne le casque et on s’extirpe de cette grotte.

Suivent quelques passages à flanc de falaise, un peu plus aérien, mais toujours avec une main courante rassurante.

D’imprenables panoramas sur les Gorges du Tarn nous font nous arrêter quelques instants en suspens sur ces rochers. Mais une fine neige nous rappelle à l’ordre et nous continuons notre progression vers le sommet.

Arrivés à la fin de la via ferrata, un panneau indique le chemin qui mène à la tyrolienne. Mais on peut également éviter cette dernière en empruntant directement le chemin du retour. Ou bien faire la tyrolienne autant de fois qu’on le souhaite !

Le chemin du retour assez long, permet de redescendre au parking et de prendre conscience des 230 mètres de dénivelé sur lesquels on s’est hissé à la force des bras.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.