Etang d’En Beys

A l’automne, sur le territoire de l’ours et des isards

Date : 25 Octobre 2009
Distance : 19.4
Denivelé: 1000m

Ce matin là, étant du côté d’Orlu « pour affaires » (s’agissant ici d’affaires en fer forgé), je décidais d’aller profiter des couleurs automnales en direction de l’étang d’En Beys. Dès l’arrivée au parking à l’entrée de la vallée au dessus des Forges d’Orlu, le paysage est magnifique : la dent d’Orlu embrumée domine des forêts aux couleurs flamboyantes. J’ai à l’idée que l’ours ne doit pas être bien loin à profiter également de ce paysage, mû par l’envie et l’appréhension de l’apercevoir…

A défaut d’une bonne réception GPS au fond de cette vallée, je me mets en route sur un chemin évident, une piste empruntable par un 4×4 qui mène à une première cabane dans la Jasse du printemps. Cette vallée est magnifique, la montagne environnante montre de larges morceaux de roches abruptes, dénudés de toutes végétation. Après quelques rares coins de ciel bleu, le temps change et le brouillard descend un peu plus tandis que la pluie apparaît par intermittence alors que je traverse la jasse.

Et c’est avec surprise que j’aperçois quelques jeunes isards au milieu du chemin. Très peu apeurés en cette fin de saison, ils restent un moment sans bouger avant de s’enfuir et de franchir en quelques bonds quelques cours d’eau. Peu après, trois adultes traversent le chemin au même endroit et les rejoignent. La piste étant enfin libre – quelle fréquentation ! – je reprends mon chemin et arrive rapidement à un pont avec un magnifique panneau m’invitant à passer sur le versant gauche de la vallée pour rejoindre l’étang d’En Beys.

Mais pourquoi traverser le torrent sur un pont quand le chemin étudié la veille et rentré dans le GPS m’indique de rester sur ce côté de la rivière ? Je dédaigne donc le pont et continue sur un semblant de chemin. Je me retrouve rapidement dans les herbes folles au milieu de quelques pierres qui laissent deviner des traces préhistoriques de GR. Je me suis encore fait avoir par ces vieilles cartes et ces changements intempestifs de GR ! Mais je ne reviendrai pas vers le pont, je n’ai qu’à traverser à gué !

Après quelques tentatives infructueuses, je suis obligé de me rendre à l’évidence : ou j’emprunte le pont de bois pour traverser ce torrent, ou je m’entête et j’ai alors quelques chances de mourir noyé, ou congelé, voire les deux.

La mort dans l’âme, je traverse le pont et commence l’ascension vers l’étang. Je profite quelque peu du paysage jusqu’à ce que la brume m’enveloppe complètement. Je suis alors le chemin qui serpente le long d’une cascade invisible, traverse quelques chaos rocheux et arrive auprès d’un aqueduc maçonné. En suivant cet aqueduc, je rejoins rapidement l’étang, mais n’en aperçois qu’une infime partie. A ce moment, je ne suis même pas sûr de ne pas confondre le lac avec une malheureuse mare. Finalement non, il s’agit bien du lac, mais impossible d’en profiter. Je m’assois donc sur un caillou sous une fine pluie pour manger mon casse-croûte puis entame la redescente.

Les feuilles sous l’effet de la pluie sont autant de pièges qui menacent à tout moment de me faire glisser. Je descends donc prudemment, et retrouve la Jasse du Printemps. Mais j’étais loin d’imaginer que je retrouverais au même endroit qu’à l’aller non pas quelques isards, mais un troupeau complet : plusieurs jeunes gambadant dans un périmètre délimité par quelques vieux mâles à la robe plus foncée encadrant le troupeau. En tout une bonne vingtaine d’individus m’apparaissent. Je passe en ralentissant le pas pour en profiter un maximum, mais je vois bien que je dérange, le troupeau remontant le flanc au fur et à mesure pour conserver une distance avec moi. Je rentre donc au parking, encore surpris par cette rencontre.

Sans avoir vu l’ours, la réserve naturelle de faune d’Orlu aura quand même tenu ses promesses en préservant une petite population d’isards. Encore une magnifique ballade que même la pluie n’aura pas réussi à gâcher, enveloppant la forêt d’un brouillard mystérieux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *