Jour 14 – De Versalir à Þórisvatn

08 août 2009 – Barrage de Þórisvatn

Distance : 39,1 km
Déplacement moyen : 4,7 km/h (3,9km/h en global)
Dénivelé : 750m (alt max : 648m)
Coucher du soleil : 21h59min
Départ : 8h00 – Arrivée : 18h39

Après une nuit au calme dans la grange (« au calme » s’il n’y avait pas eu les ronflement d’un espagnol arrivé la veille avec un français), nous nous mettons en route assez tôt alors que le vent souffle déjà et que la pluie tombe par intermittence. Fichue météo. En plus, on commence par marcher hors de la route, en bordure d’une rivière, dans des sols mous. Les traces de chevaux nous précèdent toujours. On se rapproche de la rivière sous un bref rayon de soleil, puis nous récupérons la route. La pluie tombe alors de plus en plus souvent, sous forme de rideaux. C’est un peu dur et le moral a du mal à suivre.

Puis on s’approche d’un petit pont qui enjambe un puissant cours d’eau qui a enfoncé son lit au milieu des orgues de basalte. Nous reprenons la route sous la pluie jusqu’à la pause de midi où nous nous réfugions dans un tuyau passant sous la route. Nous sommes en plein courant d’air mais à l’abri de la pluie. Nous plaignons un peu les 2 allemands croisés plus tôt qui faisaient le chemin inverse mais en vélo !

Alors que nous reprenons notre route, nous sommes talonnés par le français et l’espagnol de la veille qui ont vite fait de nous doubler. La piste commence alors à monter pour se rapprocher d’un lac à l’eau laiteuse et très étendue. Le vent ne faiblit pas, mais le paysage qui s’offre à nos yeux nous motive par sa nouveauté. Il faut dire que cela fait plus de 4 jours que nous sommes empêtrés dans ces interminables dunes de sable. C’est ça le Sprengisandur !

Nous profitons d’une éclaircie au bord du lac avant de repartir : pas le temps de se reposer aujourd’hui étant donné la distance. On finit de longer ce lac avec moins de pluie, avant de redescendre de l’autre côté de la montagne qui le retient. On voit alors un barrage construit sur ce lac. Les derniers kilomètres sont assez pénibles mais tout à coup, une percée de soleil éclaire le lointain et nous laisse découvrir de magnifiques reliefs couverts de végétation rase. Vivement demain que nous entrions dans ces paysages. Plus loin, une chaîne montagneuse découvre ses pics enneigés.

Mais déjà, une autre pluie se rapproche et nous oblige à trouver rapidement un abri pour la nuit. La tente est rapidement montée et nous nous retrouvons alors autour des cartes. Puis vient le repas du soir : un délicieux aligot réhydraté à l’eau de fonte du Hofsjökull. Quel plaisir ! D’autant plus que les portions sont généreuses. Un demi kilo d’aligot chacun plus tard, nous nous glissons dans les duvets en espérant que la journée de demain sera plus facile. Ensuite nous attendra un jour de repos au milieu du Landmannalaugar. On souhaite que la météo soit de la partie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *