Jour 17 – Du Landmannalaugar à Hvanngil

11 août 2009 – Refuge de Hvanngil

Distance : 26,3km
Déplacement moyen : 4,2 km/h (2,9km/h en global)
Dénivelé : 1065m (alt max : 1064m)
Coucher du soleil : 21h47min
Départ : 9h00 – Arrivée : 18h42

Ce matin on se lève sous le brouillard et après avoir traîné un peu au lit on se met en route vers Hvanngil en commençant par un défilé au fond duquel coule une rivière. On retraverse le champ de lave de la veille puis on repasse à côté de la grosse fumerolle. On est alors en plein brouillard et les nombreux solfatares nous tiennent au chaud.

On continue à monter en apercevant ça et là des bouts de montagnes aux teintes d’ocres. Puis le brouillard se lève, laissant la place à un ciel bleu et quelques nuages. On découvre alors un paysage magnifique qui ressemble aux montagnes du Landmannalaugar mais s’étendant à perte de vue. Les zones actives sont très nombreuses, et même plus violentes que celles observées la veille. Les marmites bouillonnantes, des mini-geysers s’entendent à des dizaines de mètres et dégagent de la vapeur soufrée en hautes colonnes de fumée. C’est magnifique, à en couper le souffle.

Au moment où on recommence à traverser un champ de lave mettant un terme à ces collines jaunes, le mauvais temps revient. C’est après avoir traversé quelques plaques de neiges et franchit un dernier col que l’on se met à l’abri pour manger dans un refuge. On s’y réchauffe avant de se remettre en route.

Le paysage change complètement. On traverse maintenant de nombreuses dunes aux creux desquelles de longues langues de glace forment des ponts creusés par des ruisseaux. On avance assez lentement et on effectue beaucoup de dénivelé. On s’élève enfin au dessus de ce paysage pour redescendre vers la vallée au milieu d’une nouvelle zone active. A l’horizon se dresse le Mýrdalsjökull, immense glacier qui abrite un volcan encore en activité (on trouve même des consignes de sécurité dans les refuges en cas d’éruption !).

Au milieu des dégagements gazeux et des sources ferrugineuses, on perd progressivement de l’altitude pour découvrir au loin devant nous un paysage verdoyant (point d’arbre mais beaucoup de mousse de d’herbe rase) et très escarpé à cause des reliefs volcaniques qui s’étirent dans tous les sens. Arrivés au bord d’un lac, nous dépassons un 2ème refuge, puis nous longeons une rivière que nous cherchons à tout prix à éviter de traverser. Nous y serons obligé une unique fois pour enfin rejoindre le refuge.

A nos pieds de curieuses plantes produisant de petites boules de fils blancs, tandis qu’en levant la tête un grande chaîne montagneuse enneigée nous domine : nous devrons la traverser notre dernier jour ! Nous arrivons assez tard au refuge et nous y installons à côté d’autres français. Des espagnols/italiens cyclistes déjà vus au Landmannalaugar doivent planter leur tente car n’ont pas réservé… Nous faisons un copieux repas pour commencer à finir nos provisions et nous mettons au lit. Il ne nous reste plus que 2 jours de promenade et le beau temps semble avoir du mal à s’installer. Espérons que les 2 derniers jours seront aussi agréables que celui-ci !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *