GR20 Jour 2 – Ortu di u Piobbu – Asco Stagnu

On double – et de un !

Date : 4 septembre 2011
Distance : 18.5 km
Moyennes (dépl / total): 2.8 km/h – 1.8 km/h
Dénivelé : 2003 m

Après une nuit remuée par un orage, on se réveille à 5h10 pour démarrer au plus tôt cette double étape. Après un déjeuner avalé à la frontale, on est parmi les premiers à se lancer dans la nuit. On navigue de trace en trace, guidés par les marques rouges et blanches. On attaque la montée avec comme objectif de rallier la Bocca di Pisciaghja avant les 3h15 données par le guide. On se fait vite rattraper, ce qui de fait délègue la tâche de rechercher le chemin dans la nuit.

On monte vers la Bocca au milieu d’énormes blocs. Une petite flaque symbolise la source. Heureusement on avait fait le plein la veille. Arrivés au col en 2h, la vue est époustouflante. On aperçoit un massif gigantesque, tout de granit, aux arêtes et pointes acérées. A partir de là, on progresse le long de la crête en « tricotant » de part et d’autre. Le rythme est sérieusement ralenti et il faut être agile pour passer plusieurs blocs. On n’en voit jamais la fin. A la Bocca de l’Inominata, on entame la descente vers Carrozzu. Le refuge apparait rapidement tandis qu’on alterne pierrier et éboulis. Arrivés au refuge de Carrozzu, l’appel du Corsica Cola est trop fort et on prend une petite pause bien méritée. On marche depuis un peu plus de 5 h au lieu des 7h annoncées.

La reprise commence par la passerelle de Spasinata. On la franchit hardiment pour commencer la progression vers le lac de la Muvrella. On progresse sur d’immenses dalles de granit lisse. Heureusement qu’il ne pleut pas ! La montée n’en finit pas. On dépasse les 1000m de dénivelé positif et l’étape de la veille se rappelle à notre bon souvenir. Sous le lac, la pluie commence à tomber. On se protège rapidement. Arrivés au lac, le ventre vide, on est partagé entre poursuivre 2 bonnes heures supplémentaires ou manger sous la pluie. On trouve finalement un abri sous une pierre qui nous maintient un peu au sec le temps d’une bouchée de pain et de fromage.

On repart sans courage sous la pluie qui forcit. La progression est plus lente, un faux pas pouvant interrompre le séjour. Arrivés au col, on espère redescendre immédiatement, mais on « tricote » à nouveau jusqu’à la Bocca di Stagnu. On entame la descente, longue et périlleuse, les pieds trempés, sans bâton pour les passages difficiles. On fait un peu de canyoning, un peu de toboggan, pour arriver à apercevoir le refuge entre deux passages de brume. Mais bien que visible, il nous faudra plus d’une heure pour descendre les 600m qui nous séparent d’une douche chaude. En fait elle sera froide ! Mais on compte sur la carte du restaurant pour nous donner le courage de doubler également l’étape du lendemain !

Resto : Bière blonde Pietra/cacahuètes ; filet mignon de porc/omelette au jambon corse ; crème brulée à la châtaigne/tarte tatin : Miam !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.