GR20 Jour 12 – Asinau – I Paliri

Variante Alpine dans les aiguilles de Bavella

Date : 14 septembre 2011
Distance : 13.6 km
Moyennes (dépl / total): 3.3 km/h – 2.2 km/h
Dénivelé : 979 m

Aujourd’hui une belle étape nous attend. On passe par les aiguilles de Bavella, via la variante dite « alpine » du GR20. On se lève donc un peu plus tôt que les derniers jours, et on avale un petit déjeuner acheté la veille, pendant que le gardien dort.

On se met ensuite en route par le sentier qui descend dans la vallée. On traverse un ruisseau parsemé de vasques. Mais il est trop tôt pour pouvoir en profiter. On continue donc en suivant la courbe de niveau. Puis on rejoint le peloton en bas du départ de la variante.

On se motive et on s’élance dans une côte un peu raide qui nous amène après quelques efforts aux pieds des aiguilles. D’immenses blocs de granit nous dominent. On les dépasse pour apparaître au soleil et admirer Bavella et ses aiguilles. On commence la redescente entre les « bulles » dans le granit et les trous dans les blocs. Peu à peu, de plus en plus de monde vient à notre rencontre. Beaucoup de gens ont démarré du col pour aller visiter les aiguilles. Le problème arrive au passage d’une chaîne. 4 à la descente, plus de 10 à la montée, on ne fait pas le poids et on n’arrive pas à passer. On s’impose un « peu » pour grimper à la chaîne et on continue la descente. Elle n’épargne pas nos genoux.

Puis arrivés à Bavella, c’est le choc : des bus, des voitures, des gens en masse. On manque de se faire bousculer, écraser. Cette civilisation là, on n’en veut pas ! Mais on accepte la pizza et la glace avant de repartir… Le chemin est alors une large piste agréable aux genoux. Mais rapidement, il faut monter un petit raidillon qui nous mène au dernier col avant le refuge. Mais le plus dur arrive. Dans un paysage « australien », granit rouge et soleil écrasant, une chaleur nous entoure et nous épuise alors qu’il reste moins d’un km. Mais à un jour de la fin, le courage nous vient en pensant à l’hôtel, la piscine et la plage !

On arrive enfin au refuge où un bon coca et une bonne Pietra nous attendent. Il faudra faire un dernier effort en remontant de la douche. Le repas se fait attendre dans une excellente ambiance. Tout le monde sent la fin et les connaissances nouées au fil des étapes permettent de laisser échapper quelques moqueries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *