Accueil Randonnées Contact Voyages Liens

Tour du Causse Méjean

Quatre jours de randonnée autour du Causse Méjean...

En résumé :

Distance : 102 km
Dénivelé : 2052 m
Date : 21, 22, 23 & 24 Mai 2009

Organisation :
Carte du parcours :

Télécharger la trace : trace.gpx

Pas à pas :

Jour 1 :

Nous avons dormi à Brunas pour la nuit et arrivons au départ de ce nouveau périple à 9h00. Le départ est à St Pierre des Tripiers, un des plus gros hameau du causse et pas trop loin de Millau. Il y a une jolie petite église et une fontaine d’eau potable ! Pour cette raison, ça pourrait être intéressant de placer ce village comme étape et non comme point de départ car on verra que les points d’eau sont très rares sur le Méjean.

Il fait beau dès le début de la ballade et on enlève vite nos polaires. Ce week-end, c’est aussi l’occasion de tester nos vêtements achetés le week-end passé (veste gore-tex, pantalon, polaire), alors on espère un peu la pluie…

On commence par une descente dans la forêt et arrive au hameau des Bastides. On espère y croiser un couple d‘anglais, amis avec les parents de Loïc, mais il est sûrement trop tôt et on ne voit personne. Le chemin se poursuit par une remontée direction Hyelzas. L’entrée dans le village est jolie, avec de vieilles maisons restaurées, mais il y a aussi beaucoup de nouveaux bâtiments, dont une fromagerie.

On voit apparaître pleins de vautours qui vont rester toute la journée. On traverse ensuite les hameaux des Horts et des Hérans jusqu’à l’Aven Armand. On rejoint ensuite la route et arrive à la tombe du Géant. C’est en fait un grand dolmen au niveau du col, qui débouche sur l’étendue désertique du Causse Méjean. On suit le sentier jusqu’à un menhir, à la lisière de la forêt, où on fait une petite pause repas. L’après-midi se déroule sous un grand et chaud soleil avec un paysage désertique. Nous contournons la Serre de Pauparelle pour admirer la ville de Meyrueis. Le bord des gorges est très joli, avec de nombreuses barres rocheuses. On fait une pause au joli hameau de Pauparelle et remonte le long des gorges de la Jonte.

En fin de journée, on arrive au village d’Aures, composé essentiellement d’une exploitation. On continue 1 km jusqu’à Mielgues, un vieux hameau bordé de lilas. C’est peu après, vers 18h, qu’on pose les sacs, près d’une doline à l’abri des habitations. L’endroit est très agréable et on passe une nuit confortable. Il a fait un peu de vent pendant la nuit et la toile bat pendant quelques temps, on entend aussi un troupeau de vaches pas loin mais où ?...on espère ne pas être dans leur pré… mais le reste de la nuit est calme.

Jour 2 :

On se réveille à 7h et départ à 8h. On commence cette nouvelle journée par la traversée de Nîmes le Vieux, un chaos de roches très joli. Il fait très beau aujourd’hui aussi et dès les matin, très chaud. La partie la plus remarquable se situe entre Gally et l’Hom. Mais jusqu’au village de Villeneuve, on continue à voir les mêmes paysages.

Entre le Veygalier et Villeneuve, on marche sur la route et on est content d’arriver à Villeneuve pour reprendre un chemin dès sa sortie. On suit le GR qui longe une clôture et on s’enfonce dans les endroits les plus isolés du causse. On longe la courbe de niveau et vise à vue une ruine. On profite de la fraîcheur qui y règne pour faire notre pause repas.

L’après-midi, on passe au hameau en ruine de la Chabassude et on continue à suivre le GR qui longe les gorges. On arrive à la Bastide, une vieille ferme qui devait être encore habitée il y a moins de 100 ans, mais qui est maintenant fort en ruine. Un aven et un tumulus la bordent.

On continue jusqu’au col de la Pierre plate. La chaleur nous assomme un peu et on commence à fatiguer ! On profite d’être au dessus des Gorges du Tarn pour admirer la vue.

On arrive ensuite au village du Tomple en espérant y trouver quelqu’un pour nous remplir nos bouteilles. On rencontre des gens qui sont en location dans un gîte et qui nous rendent ce service. On profite d’un robinet d’arrosage pour se rafraîchir : ça fait du bien car on ne s’est pas lavé les mains depuis hier matin et quand on sait qu’il reste encore 2 jours, on apprécie l’eau !

On suit ensuite le GR du Méjean et passe devant la Condamine qui est une ferme. Après un croisement de route, on emprunte un sentier et après quelques tentatives on finit par trouver un champ accueillant pour la nuit (vers 18h).

Jour 3 :

Départ également à 8h sous le soleil. Il y a quelques nuages qui nous permettent de faire le peu de dénivelé que l’on a sans trop se fatiguer. On a rejoint les forêts du nord du causse. Le paysage est totalement différent d’hier. La vue sur le causse de Sauveterre est très jolie.

On traverse les villages de Fraissinet-de-Poujols et Poujols, qui sont assez récent mais toujours sans une trace d’eau. Sans beaucoup de fierté, on se faufile jusqu’à un tuyau d’arrosage que l’on aperçoit de la route. On se débarbouille comme on peut et on repart rapidement : c’était quand même rigolo !

On poursuit ensuite jusqu’à la ferme de Chaldas et descend sur celle de Chamblon. Il fait maintenant très chaud, peut-être même plus que les jours précédents. On a du mal à estimer la température, sachant qu’on marche, peut-être qu’on surévalue… On s’apercevra le lendemain qu’il fait 30-32°C, donc très chaud pour marcher ! On cherche désespérément un coin d’ombre pour faire une pause mais pas moyen d’en trouver ! On finit par marcher quasiment jusqu’au dolmen. Environ 4 km plus loin on arrive au plus gros village jusqu’alors traversé, Mas-St-Chély. On y trouve heureusement de l’eau, et à une fontaine !! Ce qui est exceptionnel sur le plateau. On profite de la fontaine et de l’ombre près de la mairie pour manger.

Dans l’après-midi toujours plus chaude, s’enchaînent les villages d’Anihlac, de Montignac et du Rouveret. Une partie de la colline est par endroit brûlée, souvenir d’un incendie il y quelques années.

On arrive alors à Riesse et près du Roc des Hourtous. C’est impressionnant de voir soudain autant de monde. On grappille les kilomètres pour avoir une journée plus légère demain et on s’arrête pour la nuit à 18h dans la forêt avant la Caxe.

Jour 4 :

On a très bien dormi. On commence à s’habituer à dormir en tente. On pu entendre des chevreuils aboyer dans la soirée.

On commence à marcher à 8h direction la Caxe. Le départ est un peu dur car il y a beaucoup de chemins et on se perd un peu. On réussit à rejoindre la Caxe et continue jusqu’à la Maxane et ensuite au Bruel. Le sentier est agréable et on avance tout droit jusqu’au Viala, puis la Bourgarie. Toujours cap au Sud, on arrive aux ruines de Volségur, d’où on a une très jolie vue sur les Gorges du Tarn qui commence à être très escarpées. Sous la chaleur toujours présente et accentuée par les pinèdes environnantes on avance d’un pas rapide, un peu pressés d’arriver. On rejoint alors le village de Cassagne, qui est très bien restauré. Malheureusement s’en suit un long bout de route jusqu’à rejoindre un sentier qui mène aux Arcs St-Pierre. La montée est très raide et heureusement que nos sacs sont légers maintenant ! On s’arrête à cet ancien site préhistorique pour le pique-nique. C’est impressionnant de voir cette roche trouée par l’eau et que ça tienne après tant d’année.

Il ne reste alors que 4 km pour arriver à la voiture. On est content et fier de nous d’être arrivé ! Il est 14h20 et il fait 31°C !

Très beau souvenir de cette ballade qui nous a permis de marcher pendant 4 jours à la suite, en faisant une boucle très sympa, très variée en paysages.