Accueil Randonnées Contact Voyages Liens

Balade des Avens

Une randonnée atypique d'avens en avens sur le causse Méjean

En résumé :

Distance : 15.4 km
Dénivelé : 412 m
Date : 12 Juillet 2009


Carte du parcours :

Télécharger la trace : trace.gpx

Télécharger la localisation des avens : trace.kml

Courbe de dénivelé :

Pas à pas :

Pour commencer cette randonnée, il faut se rendre à la Volpilière. Ce joli village situé sur le Causse Méjean est accessible facilement via les Vignes si l'on se situe dans les Gorges du Tarn ou via le Maynial si l'on se trouve dans les Gorges de la Jonte. Les autres routes ont tendance à être très étroites et l'on s'y croise difficilement voire pas du tout, ce qui rend ce causse assez inaccessible. Mais il n'en recèle pas moins de magnifiques trésors de spéléologues. Outre le très connu Aven Armand, plusieurs avens percent ce plateau karstique.

Mais qu’est ce qu’un aven ? Il s’agit d’un mot occitan désignant un gouffre formé par un effondrement du plafond d’une grotte. Cet effondrement met à jour le plus souvent un réseau vertical formé par l’érosion des roches calcaires sous l’action de l’eau.

L’originalité de cette balade est de relier plusieurs de ces avens et d’autres curiosités. Le départ se fait de la Volpilière. Et dès le début, nos guides donnent le ton : on quitte le sentier principal pour obliquer face au relief et grimper dans les arbres en suivant une sente invisible pour celui qui n’aurait pas effectué la balade auparavant. Guide ou GPS obligatoire donc pour ne pas se tromper de chemin !

Arrivé au sommet de la colline, on se repère grâce à un cairn caché au milieu des buis puis on redescend vers le chemin principal. Non loin de là en prenant sur la gauche, on rejoint une bergerie en calcaire et au toit de lauzes que l’on peut éventuellement venir voir au retour. On revient ensuite sur nos pas pour nous diriger vers l’aven des Oules. Au milieu des pins se découvre son ouverture de laquelle on s’approche. On commence à s’enfoncer au milieu de gros blocs calcaires et c’est en sentant un souffle d’air frais et humide que l’on arrive nez à nez avec un à pic impressionnant de plusieurs dizaines de mètres au dessus d’un puits dont on ne voit pas le fond ! Surpris par cette immense formation au milieu de ce Causse si plat, on continue notre chemin au milieu des pins.

On longe un enclos de pierre sèche, puis on s’approche d’une enceinte protohistorique : c’est un petit espace naturel en contrebas du chemin cerclé de gros rochers et où apparaissent ça et là quelques murets. Juste à côté se situe l’aven de las Peyros, qui échapperait à l’œil non averti. L’entrée est beaucoup plus longue est laisse apparaître à la lumière de la frontale quelques concrétions avant de déboucher à nouveau sur un puits vertical ouvrant sur un réseau de 226m de profondeur !

On cherche alors un endroit pour manger et c’est au pied d’une roche énorme en équilibre que nous prenons la pause de midi. On se remet en route vers la ferme de Banicous qui présente plusieurs bâtiments en très mauvais état, il y a même un arbre qui pousse sur un toit ! Mais en fins connaisseurs, nos guides évaluent en un coup d’œil les travaux nécessaires pour une remise en état. Cette ferme est située non loin de l’aven de Banicous, le plus profond de la journée qui présente une ouverture grandiose sur un premier puits de 37m de profondeur, prélude aux 344m de profondeur au total !

On se dirige ensuite vers une autre curiosité inattendue sur ce causse. Une œuvre de land art au milieu d’une immense cavité souterraine : « le Poids de la Solitude » qui représente une roche pendue à la voûte d’une grotte à quelques centimètres du sol.

Vient ensuite un autre aven remarquable, l’aven des Offraous, de -165m de profondeur, entouré de petits avens non répertoriés sur la carte. Et ce n’est pas fini puisqu’on finit sur l’Aven du Grand Duc et l’Aven du Peyrol qui apportent la fraîcheur nécessaire pendant ces sèches journées d’été. On finit alors la ballade en repassant non loin de la bergerie croisée le matin mais en poursuivant sur un chemin plus évident que celui par lequel on avait commencé.

Cette balade vaut vraiment le coup d’œil, car elle offre un tour surprenant d’avens en avens au milieu du causse Méjean. Ces avens, bien que clairement visibles quand on s’en approche, doivent être visités avec prudence car aucune protection n’empêcherait une éventuelle chute. Mais avec prudence, on peut profiter de leurs larges entrées.